Analyse des conversions des forêts par les grands investissements en Afrique Centrale

Le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) au Cameroun, en partenariat avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) au Congo, Brainforest au Gabon et la Maison de l’Enfant et de la Femme Pygmée (MEEP) en RCA, a développé le projet « Agir sur les défis de l’APV: exploitation illégale et changement du couvert forestier dans le cadre d’investissement non-forestiers ».

Les conversions des terres forestières en Afrique Centrale pour/par les investissements non forestiers n’ont cessé d’augmenter au cours de ces dix (10) dernières années. Ces conversions concernent en priorité les secteurs agricole, minier et des infrastructures. Ils consistent à défricher des forêts naturelles afin de répondre aux besoins d’autres modes d’utilisation des terres. Selon des études récentes, les superficies déjà attribuées pour des investissements dans ces secteurs seraient estimées à plus de 10 million d’hectares.

L’absence de plans nationaux d’affectation des terres, les lacunes observées dans les législations, le manque de coordination intersectorielle ainsi que l’insuffisance des capacités techniques et financières à appliquer la réglementation existante pour l’attribution des terres, sont autant de facteurs qui ne garantissent pas la légalité du processus d’attribution des forêts, encore moins celle des opérations forestières menées lors des conversions.

Dans le cadre de ce projet, une étude de base a été effectuée par le CED, afin de renseigner sur la légalité de l’exploitation du bois dans les grands investissements en Afrique Centrale.

L’étude ainsi menée a été présentée lors d’une conférence de presse tenue le 02 novembre 2017 à Yaoundé. Elle fait des constats de vide juridique et de la non prise en compte de plusieurs critères techniques dans la conversion des forêts et l’exploitation du bois qui en découle. Elle débouche sur des recommandations qui interpellent, d’une part, les Gouvernements pour une meilleure coordination intersectorielle, et d’autre part, à la légalité des activités de conversion.

 

Télécharger le document Analyse des conversions des Forêts