COMMUNIQUE DE PRESSE -Sauvegarder la forêt : Le gouvernement camerounais revient sur sa décision concernant la forêt d’Ebo

Environmental Investigation Agency (EIA) salue les récentes mesures prises par le Premier ministre camerounais pour suspendre les projets d’exploitation forestière dans la forêt d’Ebo, l’une des dernières forêts primaires d’Afrique centrale. La zone regroupe les terres ancestrales des communautés locales, dont le peuple Banen. Par ailleurs, la forêt d’Ebo abrite de nombreuses espèces endémiques, ainsi que des primates en danger critique d’extinction. (…)

En juillet, le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute, a signé le décret n°2020/3216 qui constitue une portion de forêt de 68.385 hectares (presque la superficie de la ville de New York ou 96.000 terrains de football) en concession forestière (Unité Forestière d’Aménagement). Ce décret est le résultat d’un processus de classement exceptionnellement rapide entrepris pendant la crise du Covid-19 et de l’incapacité des communautés à faire entendre leur voix en raison des restrictions liées à la pandémie du Covid-19. Les organisations non gouvernementales et les communautés locales se sont activement opposées au projet d’exploitation forestière, en soulignant la perte de droits communautaires, de moyens de subsistance et de forêts uniques. Les dirigeants communautaires ont exprimé leur désaccord, mais ils ont été ignorés. Le décret serait en violation de la loi forestière de 1994 qui stipule que le gouvernement doit consulter les communautés avant de procéder à des changements
dans l’utilisation des terres.

L’intégralité du communiqué de presse est disponible ici : COMMUNIQUE DE PRESSE -Sauvegarder la forêt : Le gouvernement camerounais revient sur sa décision concernant la forêt d’Ebo