Défense des droits de l’homme: victoire pour Christopher Achobang

Usurpation de qualité de défenseur des droits de l’homme : Le tribunal abandonne ses poursuites contre Christopher Achobang

Yaoundé 10 décembre 2015 : Le tribunal de Première Instance de Mbengwi a décidé le 7 décembre 2015 d’abandonner la charge « d’usurpation du titre de défenseur des droits de l’homme », pour laquelle il poursuivait Christopher Achobang et qui lui avait valu de séjourner derrière les barreaux de la prison de Mbengwi dans le Nord-Ouest du Cameroun du 27 avril au 28 mai 2015.

Selon Justice Nfonsam, le juge qui a rendu la décision : ‘‘On n’a pas besoin de brandir un certificat ou une carte de membre pour se définir comme activiste ou défenseur des droits de l’Homme. Les défenseurs des droits de l’Homme sont connus par ce qu’ils font pour l’Humanité ’’.

Le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED), qui avait dénoncé cet abus en son temps, se félicite de cette décision de justice et reconnait qu’elle est conforme aux engagements internationaux du Cameroun dans le domaine des droits de l’Homme. Samuel Nguiffo, Secrétaire Général du CED, a déclaré : « Nous espérons que cette décision sera suivie par d’autres juridictions au Cameroun et à l’étranger, afin que des personnes qui défendent leur communauté ou leur environnement cessent de faire l’objet de harcèlement de la justice dans la quête du respect de leurs droits. La décision du tribunal de Mbengwi envoie un signal fort à tous ceux qui pensent qu’il faut des qualifications particulières ou un mandat formel pour attirer l’attention sur la violation de droits universellement protégés ».

Monsieur Achobang Christopher fait partie des défenseurs de l’Environnement bénéficiaires de l’appui du Fonds d’Assistance pour les Défenseurs de l’Environnement en Afrique Centrale (FADAC).

/FIN

 

Pour en savoir davantage, contactez:

Mireille Tchiako

Chargée de communication

Tél: +237 670 1273 24

Mail: mtchiako@cedcameroun.org

Téléchargez le communiqué de presse du CED ici