Dernière ligne droite pour la Voix des Citoyens pour le Changement (CV4C)

Depuis son démarrage en avril 2017 à Kinshasa (RDC), le projet Voix des citoyens pour le changement : Observation forestière dans le bassin du Congo (CV4C) organise un atelier de planification annuelle avec ses partenaires de mise en œuvre (Cameroun, RCA, RDC, Congo, Gabon). Ainsi l’organisation Brainforest a organisé à Libreville (Gabon) la rencontre de planification du 13 au 19 janvier 2020. L’un des objectifs de la réunion étaient de réfléchir à l’impact des activités du projet dans les contextes nationaux et comment maximiser cet impact en réponse aux problématiques et priorités nationales.

A l’issu de leurs activités sur le terrain, les organisations ont présenté de nombreux défis à relever. Le combat commun aux organisations est la collaboration plus ou moins évidente avec les administrations en charge des questions forestières. De plus, il a été relevé qu’en Afrique Centrale en général, l’exploitation illégale du bois n’est pas aussi sanctionnée que le braconnage.

Pour marquer la clôture des activités, une journée portes ouvertes a été organisée par Brainforest au Ministère des Eaux et Forêts du Gabon, afin de donner l’opportunité aux acteurs de la gestion des ressources naturelles d’impulser une réflexion nouvelle sur les initiatives engagées pour contribuer à une gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement. Une cinquantaine de participants étaient présents, composés de représentants des administrations en charge des questions forestières et de gestion des ressources naturelles ; des représentants diplomatiques ; des membres de la société civile. Le représentant de CIDT a fait un point sur le projet et ses retombées actuelles. A sa suite, la Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Gabon a souligné dans son allocution que l’exploitation illégale des forêts une menace pour le climat, les générations futures, et source de catastrophes naturelles. D’où l’importance de la collaboration avec les organisations qui luttent contre l’illégalité.

Le projet CV4C entame sa dernière année de mise en oeuvre. A l’issu de la rencontre, les organisations ont été aménées à penser, pour cette dernière année, à davantage de visibilité des actions et la capitalisation des acquis, tout en s’enscrivant dans la durabilité des actions qui pourront se poursuivre après le projet.