Mines et grands projets d’infrastructure

La hausse de la demande des produits pétroliers et miniers a conduit à une accélération des investissements dans ces secteurs dans les pays d’Afrique Centrale. Le contexte de déficit de gouvernance, de faiblesse des normes environnementales et sociales, et des capacités des administrations publiques dans les pays d’accueil de ces investissements augure d’un renforcement de la malédiction des ressources. Dans ce projet, le CED travaille à relever les incidences de l’industrie extractive sur l’environnement… (pollution des sols, de l’air, de l’eau, destruction ou perturbation d’habitats naturels, perturbation de l’équilibre l’écosystème aussi bien pour les bêtes que pour les hommes par les bruits de moteur, ouverture abondante des routes, puits de forage, bornes…). Aujourd’hui, le CED s’investit à évaluer l’impact socio-économique de l’exploitation des industries extractives sur les populations. La finalité étant d’analyser ces problèmes, d’en trouver les solutions concrètes et de préparer les entreprises à une bonne gestion des ressources naturelles.

A cet effet, l’organisation s’est donnée pour mission d’accompagner les communautés riveraines à se préserver des effets néfastes issus de l’exploitation des minerais dans leur terroir, d’emmener les communautés à préserver leur espace de vie et au mieux d’aider les populations à tirer profit de la présence des activités développées dans leur zone.

L’objectif de l’intervention du CED est de s’assurer que le développement des industries extractives respecte l’environnement, les droits des populations locales et autochtones, et la condition des travailleurs.

Le suivi des activités dans les zones minières au Cameroun a permis au CED de développer une expertise en construction sur les questions relatives aux industries extractives (cobalt, nickel, or, diamant, fer, uranium). Cette expertise lui valu la responsabilité de coordonner la participation des ONG d’Afrique francophone dans le processus de la revue des industries extractives conduite par la banque mondiale. Et depuis 2005, l’un des membres de l’équipe du CED est membre du groupe consultatif de la banque mondiale sur les industries extractives.